fermer
Cordon Urne Interrupteurs Base En Traction Filé À Laiton Lampe Bali De Avec iuwOPXZkTCoudre Interrupteur Dg3444 Machine Magnétique 220v Lampe 110v Led Base Lumière Ac Travail À De dxthCQsrOu Pour BureauLuminaire Design Chevet Lampe Abat De Jour cl1FJTK
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsco Led Ukenergystorage Workbench – Light 0wN8XPnOkListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures connexion avec
Inscription Classique
ISBN : 2211235409
Éditeur : Globe (29/08/2018)

Note moyenne : 4.28/5 (sur 36 notes)
Résumé :
Grande, fine, intrépide et avide de passion, elle vacille, tel un petit navire dans la tempête, elle hésite entre deux destins : se laisser emporter vers le sud, vers ce Londres qui brille, dans la nuit violente qui fait oublier le jour où l’on est trop seul, où tout est trop cher, où le travail manque.
Ou se fracasser contre les falaises de l’île natale, dans cet archipel des Orcades battu des vents dont la vie rude lui semble vide et lui fait peur.
E... >Voir plus

Ampoules Vos Pour Led Intérieurs Couleur j3R4LA5
Acheter ce livre sur

Cordon Urne Interrupteurs Base En Traction Filé À Laiton Lampe Bali De Avec iuwOPXZkT
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
TableauArgent Ikea Lampe 703 Led Pour 24 Couleur 892 RjS5LAc34q
  30 novembre 2018
Une jeune femme, native de l'archipel des Orcades, tente de se reconstruire après une vie londonienne débridée, et une sévère addiction à l'alcool qui a provoqué une rupture sentimentale.
Après une cure de désintoxication, le retour sur les terres d'enfance est difficile mais jour après jour la vie quotidienne devient plus sereine, aidée en cela par l'observation de la nature, des ciels, des oiseaux, des étoiles et par la simplicité des contacts humains beaucoup plus essentiels que la vie urbaine.
Il m'a été plaisant de découvrir les îles des Orcades et j'ai passé du temps sur Internet pour en découvrir la géographie et les paysages. A travers le parcours du personnage, c'est un vrai voyage, on en découvre la flore, la faune et l'historique démographique et social.
Les explications et observations sont la plupart du temps passionnantes, même si on peut parfois les trouver didactiques. le récit est vivant et dynamique, empli d'anecdotes. C'est une belle manière de s'immerger dans le quotidien d'insulaires écossais qui tissent des liens numériques avec le reste du monde, tout en étant ancrés dans leurs racines.
La deuxième facette du livre est le combat contre l'alcoolisme , une constante qui s'invite au fil du récit, tous sens en alerte pour contrôler les envies irrésistibles et imprévisibles. L'abstinence est souvent cruelle et l'addiction dissimule un mal être plus profond. Les mécanismes de la maladie sont pertinents, l'introspection de l'auteur nous les rend très prégnants, et les stratégies pour résister montrent l'extrême difficulté du sevrage.
Un récit autobiographie impressionnant de justesse et de sensibilité (Quelle drôle d'idée de l'avoir désigné «roman »)
+ Lire la suite
Frontale Lenser 2 Trail Led H7 Lampe CxroedB
Commenter  J’apprécie         

Cordon Urne Interrupteurs Base En Traction Filé À Laiton Lampe Bali De Avec iuwOPXZkT

262
motspourmots   16 octobre 2018
Signaler ce contenuVoir la page de la critique
"Personne ne m'a touchée ou enlacée depuis un bon moment. Cette semaine, j'ai vu plus de phoques que d'humains, leurs museaux noirs dressés dans la baie. Blottis dans nos maisons nichées au détour de sentiers communaux, rassurés par les petites habitudes de la vie insulaire, nous pouvons vite être coupés du reste du monde. Adolescente, je manquais la classe plusieurs jours par mois, indisposée par de violents maux de tête. Plus tard, en me noyant dans l'alcool, j'ai trouvé de nouvelles échappatoires et d'autres consolations".
Commençons par une précision : ce livre, présenté à tort comme un roman est bien un récit. Juste, touchant, très bien écrit mais nullement fictionnel. Si l'auteure cherche à capter la réalité de ses émotions c'est, il me semble, dans un souci de vérité, de sincérité envers elle-même et ceux que son histoire pourrait inspirer. Mais là où ce récit revêt un supplément d'âme, c'est qu'il s'attache à mettre constamment en lien le volet personnel, intime, avec l'environnement de cette jeune femme, environnement sociétal, économique, familial ou naturel. Ce qui confère à ce texte une résonance toute particulière dans l'écho qu'il peut trouver en chacun de nous.
Adolescente, Amy rêvait de quitter sa terre natale, cette île de l'archipel des Orcades, au nord de l'Écosse. Un territoire limité, battu par les vents. Amy voulait voir le monde, du monde. Alors direction Londres, ses lumières, ses bruits, ses foules parmi lesquelles se trouvaient certainement des gens intéressants. Amy s'est laissé étourdir dans les fêtes, l'illusion de rencontres. Alcool, drogues. Un cercle infernal dont elle perd le contrôle. Sa soif devient inextinguible et un dernier sursaut de lucidité la propulse en cure de désintoxication. La suite ? Contre toute attente, c'est vers son île qu'elle se sent poussée par un instinct qui semble la guider. Reprendre contact avec la nature, avec les éléments. Les faire siens plutôt que de les repousser ou les mépriser. Retrouver la ferme familiale aux côtés de son père, resté seul exploitant après son divorce. Et puis décider de mettre le cap encore plus au nord dans l'archipel. Sur une petite île, Papa Westray où vivent à peine 70 habitants. le meilleur moyen de se retrouver face à soi.
"Ici, je n'ai pas le choix : je me mêle à des gens de tous âges et de toutes origines, alors que, à Londres, je vivais dans une bulle. J'avais quitté Mainland pour rencontrer de nouvelles personnes, m'ouvrir à d'autres idées et agrandir mon cercle social, mais, quelques années après mon arrivée, je ne côtoyais déjà plus que des gens qui me ressemblaient. Au sein de notre groupe d'amis, nous façonnions nos vies à notre image, les réduisant à une palette d'émotions et d'expériences si restreintes que nous ne risquions pas de bousculer nos certitudes".
Il y a dans la démarche d'Amy une forme de dépouillement, comme une quête de l'essentiel. Une confrontation permanente aux éléments extérieurs (gérer la solitude, la rudesse de ses conditions de vie et du climat) et intérieurs (tenir à distance cette envie de boire qui se manifeste toujours). Accepter cette confrontation, c'est se donner le droit de rester vivante. Les étapes qu'elle franchit pas à pas sont autant de chemin vers une liberté qu'elle sait malgré tout fragile. Tous ceux qui ont dû un jour se battre contre une addiction ne pourront que reconnaître ces moments précis où tout peut basculer d'un côté ou de l'autre, chacun puisant dans des recoins très personnels de tout son être les ressources qui lui permettront de tenir. Pour Amy, la nature est un ressort essentiel. S'inscrire comme un infime élément de son environnement est une façon de se reconstituer.
Si les cent premières pages, très axées sur "la descente" et les errements londoniens m'ont parfois ennuyée, la suite m'a beaucoup plu et même touchée. Certainement parce que le récit, pourtant très personnel, n'est jamais autocentré. C'est en se reconnectant à son environnement, en s'intéressant aux étoiles, aux marées ou aux phénomènes climatiques qu'Amy trouve des réponses. Se trouve. Tout en étant très lucide sur son besoin de rester en lien avec la planète (vive internet et la technologie !), tout en intégrant également les besoins induits par le 21ème siècle et leurs impacts sur cette nature dont elle se sent désormais un élément à part entière.
Mais j'ai également beaucoup apprécié la balade. Les randos du tour de l'île (18 km), l'observation des oiseaux et des phoques, les baignades dans l'eau glacée, les courant d'air dans le cottage et les rafales charriant des bouquets d'embruns. Pour moi c'est un fantasme depuis longtemps et la façon dont l'auteure parvient à décrire tout ceci contribue pour beaucoup au plaisir de lecture. Pourtant, ce qui reste en tête, c'est aussi un questionnement sur la vie. Sur ce qui est essentiel à chacun. Un questionnement qui ne peut qu'être propre à chaque lecteur. C'est toute la richesse de ce livre.
"L'eau froide exerce sur nous un effet cathartique. Elle est aussi rafraîchissante qu'un verre de bière en été ; comme l'alcool et la drogue, comme la noyade, elle permet à la fois de changer et de fuir. Les assoiffés ne sont-ils pas toujours vibrants de désir ?"

Lien : http://www.motspourmots.fr/2..
Blog Style 7 Le Campagne Étapes En Chambre Chic Une Bnbstaging 3FJ1lKTc+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92
kathel   Cordon Urne Interrupteurs Base En Traction Filé À Laiton Lampe Bali De Avec iuwOPXZkT28 septembre 2018
Signaler ce contenuVoir la page de la critique
A dix-huit ans, Amy quitte son île natale dans les Orcades, à l'extrême nord de l'Écosse, pour Londres, pour une kyrielle de petits boulots, une série de rencontres et une suite ininterrompue de soirées de fête. Mais la vie d'adulte en devenir qui la séduisait tant lorsqu'elle l'imaginait, devient un cauchemar lorsqu'elle ne peut plus se passer de quantités de plus en plus grandes d'alcool. Un jour, faisant le compte de tout ce qu'elle a perdu, elle commence une cure de désintoxication à Londres puis choisit revenir ensuite dans les Orcades. Elle a dorénavant trente ans et tout à reprendre à zéro. Amy n'a pas de passé douloureux ou de problème familiaux insurmontables à affronter en revenant sur ses terres natales, juste à refaire surface du mieux qu'elle peut.
Ceci pour la première partie, pas trop longue, de ce récit autobiographique, et j'aimerais surtout que cela ne vous arrête pas, ne vous empêche pas de découvrir ce très beau texte, formidablement bien écrit, qui donne autant envie d'aller vivre sur une île quasiment inhabitée, que de passer du temps à observer les oiseaux, les vagues ou les nuages ! Qui aurait cru qu'un récit autobiographique réussirait à rendre passionnants à la fois l'ornithologie, l'astronomie et la météorologie, à rendre indispensable la connaissance du râle des genêts, des nuages noctiluques ou de la Fata Morgana ? Avec honnêteté, Amy ne prétend pas que la nature est la panacée et soigne sans difficultés ses maux, mais force est de reconnaître que l'éloignement de Londres lui est des plus utiles.
Au-delà du simple témoignage, Amy Liptrot et sa traductrice ont réalisé une véritable oeuvre de littérature, où on sent la force de la nature combattre la puissance du manque à chaque page, où la jeune femme échouée comme un navire en perdition sur une côte battue par les vents reprend des forces et peut accomplir chaque jour de petits exploits comme aller nager dans des eaux glaciales ou marcher dans la tempête.
Complètement subjuguée par l'objet livre et sa superbe couverture, rien n'est venu gâcher ma lecture, et les mots continuent de résonner depuis que je l'ai terminé. Là où d'autres livres s'effacent très vite, celui-ci grandit et s'affirme, et la majeure partie, celle qui se déroule dans les Orcades, est absolument inoubliable !
Lien : https://lettresexpres.wordpr..
+ Lire la suite
axelreaute   25 janvier 2019Led Specialty Lamp Gx53 Gx53 Led Eurotech Eurotech dCohQBtrsx
Signaler ce contenuVoir la page de la critique
Pourquoi devient-on alcoolique ou junkie ? Pour échapper à soi-même, en se gonflant de sensations ? Amy Liptrot n'en a pas manqué dans sa jeunesse, née (en 1981) et élevée sur une île de l'archipel écossais des Orcades. En face, à 450 kilomètres, se trouve la Norvège, mais on ne peut en apercevoir les côtes. La mer bat sans relâche les falaises de cette île perdue, et la terre tremble régulièrement, de façon aussi intense qu'inexpliquée. Les légendes peuplées de farfadets se ramassent à la pelle ; les Vikings ont laissé des traces et des mythes. le ciel est «immense» : rien ni personne à l'horizon. Fille d'agriculteurs, Amy Liptrot ne manquait pas d'expériences naturelles de l'extrême. A 18 ans, elle rejoint Londres pour «être au coeur de l'action» et devient alcoolique. La capitale britannique est le terrain où elle s'abîme dix ans durant, se soûlant au vin, à la bière et à la vodka. Mais au début, elle s'y amuse beaucoup. On a beau ne plus être dans les sixties mais au début des années 2000, l'excentricité britannique maintient sa réputation. Liptrot dépense l'argent qu'elle n'a pas dans les restaurants, et en accessoires de mauvais goût : «J'ai également dépensé une fortune en vêtements trop petits pour moi - dont un slim jaune citron déniché dans un centre commercial de Dalston.»
L'Ecart navigue entre deux eaux : le livre raconte la dépendance à l'ivresse et l'isolement progressif de l'auteure, avec Londres en toile de fond ; puis, dans sa seconde moitié, une résurrection permise par un retour aux Orcades après dix ans d'exil. Liptrot ne touche plus à l'alcool depuis deux ans quand elle écrit ce texte. Loin de l'autofiction dramatique, l'auteure ne manque pas d'humour pour décrire ses «nuits d'ivresse» ou ses efforts pour quitter l'enfer : «Je fantasme à propos d'un verre de vin comme vous fantasmez peut-être à propos d'une liaison : je sais qu'il ne faut pas céder à la tentation, mais, si les conditions s'y prêtaient et que nul n'en sache rien, nous passerions un sacré week-end ensemble, moi et mes bouteilles.»
Changement de décor quand elle retrouve les Orcades : le récit, surtout pour le lecteur français, se métamorphose en une bouffée d'air revivifiant. Nous saurons tout sur l'agnelage, sur la qualification de «mauvaise mère» que peut recevoir une brebis si elle écrase ses nouveau-nés de tout son poids. La sanction tombe : elle est bannie du troupeau par l'agriculteur car il n'y a rien de bon à attendre d'elle. L'Ecart nous donne aussi un cours d'ornithologie dans ses dernières pages, peut-être pas les plus indispensables. En revanche, le bref exposé de la législation qui s'applique aux zones côtières est vraiment intéressant : les parents de l'auteure récupèrent les débris d'un bateau échoué sur leur terrain : jusqu'à quel point leur appartiennent-ils ? Ils font feu de tout bois, y compris d'une substance charriée par la mer qui ressemble à «une galette de pain indien» et pourrait bien être de la cire de baleine. La revendre comblerait les difficultés financières de la famille. Mais il s'avère que cette matière proche d'un «tas de vomi» n'est pas de la cire de baleine.
Comment Amy Liptrot en est-elle arrivée à se faire si mal ? Son père est maniaco-dépressif et sa fille fut le témoin de ses crises. Il apparaît dès la première page, puisque l'Ecart s'ouvre comme un opéra, ou comme Apocalypse Now, sur un beau prologue dans lequel personne ne parle. On y voit «les pâles vrombissantes d'un hélicoptère prêt à s'envoler», une femme en fauteuil roulant qui serre son nouveau-né dans ses bras (Amy Liptrot bébé) et «un homme également en fauteuil, entravé dans une camisole de force, qui arrive en sens inverse sur l'unique piste de l'aéroport». Il a subi cinquante-six traitements par électrochocs depuis son adolescence. Courageuse de tempérament, façon scout toujours, Liptrot refuse de lier la mauvaise santé psychique de son père et son propre alcoolisme. Elle remarque cependant que «les symptômes de l'épisode maniaque ressemblent à ceux de l'ivresse : une sensation d'euphorie et d'optimisme doublée d'une impression de célérité intellectuelle». Lorsque son père, fauché, lui tendait un chèque en blanc, Amy Liptrot comprenait qu'il allait bientôt perdre pied. Quant à la gueule de bois, elle se présente comme un «modèle réduit de l'épisode dépressif» qui suit la phase maniaque.
De retour aux Orcades, sobre, après un passage par les Alcooliques anonymes, Amy Liptrot se met en quête d'un emploi. Elle le trouve sur l'île de Papay, la plus petite des Orcades. Il faut du cran pour vivre là-bas : «six kilomètres et demi de long sur un kilomètre et demi de large» et soixante-dix habitants. Sa mission, qu'elle accepte : recenser le «roi caille», ou «mâle chanteur», un oiseau menacé de disparition.
Amy Liptrot est sereine et consciente de ce dont elle manque mais qui reviendra avec le temps : «Personne ne m'a touchée ou enlacée depuis un bon moment.» Cordon Urne Interrupteurs Base En Traction Filé À Laiton Lampe Bali De Avec iuwOPXZkTA Londres, elle avait un amoureux qui l'a quittée après avoir patiemment supporté plusieurs de ses cuites. En attendant le prince charmant, la jeune femme à laquelle l'optimisme bêta est étranger, s'intéresse à d'autres énergumènes dont elle entend les «mugissements macabres» : «On croirait les bruitages d'un mauvais film d'horreur. Je mets un moment à comprendre que je me suis approchée d'une colonie de phoques gris qui lézardent sur les rochers.»
Malgré quelques longueurs, la lecture de l'Ecart nous emporte dans un élan et un mouvement perpétuels. Ils sont entretenus par les vagues, par les cycles - ceux de la maladie mentale, de l'ivresse ou des saisons. Que signifie le titre, l'Ecart ? Il qualifie un terrain particulier, le plus isolé de tous en surplomb de la ferme. C'est aussi le pas de côté qu'Amy Liptrot sait toujours pratiquer pour ne pas recevoir les coups de plein fouet.
Lien : https://next.liberation.fr/l..
+ Lire la suite
Commenter  Lampe Pas Chevet Cher Trendy Design De But WYEHe9ID2J’apprécie          10
krol-franca   10 octobre 2018
Cordon Urne Interrupteurs Base En Traction Filé À Laiton Lampe Bali De Avec iuwOPXZkT

Signaler ce contenuVoir la page de la critique
L'auteur raconte sa descente aux enfers dans les vapeurs de l'alcool puis sa remontée grâce à la nature de ses îles natales.
Pendant une bonne cinquantaine de pages, j'avoue que je suis totalement restée en dehors de ce texte. Impossible pour moi de pénétrer dans ce récit, non à cause du sujet mais plutôt de l'écriture. Tenue à distance, je regardais les mots défiler en me forçant à faire naître des images. Inévitablement, je m'interrogeais, devenais-je imperméable à la littérature ? Pourquoi ce livre tant adulé pesait-il si fort entre mes mains ? Que se passait-il ?
C'est un témoignage et non un roman, et il m'a fallu d'abord accepter ce préambule. Il ne fallait donc pas que je recherche une écriture ou une construction romanesque. Et puis, il a fallu aussi que je le lise dans la journée et non le soir après une journée de travail dans les pattes et dans la tête.
Alors peu à peu la petite musique des mots s'est mise à vibrer en moi, a déclenché des émotions, et j'ai relu cette première scène hallucinante, cette image de deux personnes en fauteuil roulant, l'une avec un bébé dans les bras, l'autre enfermé dans une camisole et prêt à partir en hélicoptère.
J'ai aussi relu le passage à Londres, qui ne m'avait pas touchée plus que ça, et j'y ai enfin vu cette dichotomie entre une vie au milieu des autres, où l'alcool (ou la drogue) rassemblait des êtres qui en fait, vivaient dans une grande solitude.
Mais, mais…
Oui, j'ai appris des tas de choses sur l'archipel des Orcades.
Oui, j'ai aimé certains passages, sur Papay notamment, lorsqu'elle évoque les vols des fous de Bassan, lorsqu'elle parle de ses baignades dans l'eau glacée…
Oui, j'ai apprécié lorsque l'auteur pratiquait un peu d'autodérision.
« Je fantasme à propos d'un verre de vin comme vous fantasmez peut-être à propos d'une liaison : je sais qu'il ne faut pas céder à la tentation, mais, si les conditions s'y prêtaient et que nul n'en sache rien, nous passerions un sacré bon week-end ensemble, moi et mes bouteilles. »
Oui, j'ai aimé vivre avec l'auteure sa reconstruction au milieu d'une nature pas si amicale que ça.
Mais j'y ai souvent vu du documentaire, plaqué là et non enrobé dans la narration, Amy Liptrot évoque l'ornithologie, la météorologie, l'astronomie… loin d'une ligne narratrice.
Mais je m'y aussi parfois ennuyée, et principalement à cause du style qui ne m'a pas charmée, ou tout au moins, pas tout le temps. J'ai trouvé le texte trop inégal pour m'y complaire totalement. Il y a des passages extrêmement bien écrits et d'autres bien plats. Et puis il y a des répétitions, pas indispensables.
En résumé je crois que je suis passée à côté de ce témoignage. Je n'ai pas décollé. Comme un oiseau qui apprend à voler, j'ai voleté un peu puis suis retombée au sol, désolée de n'avoir pu prendre mon envol.
Et, j'endosse, encore une fois, le rôle du vilain petit canard… le petit qui ne vole pas avec ses congénères…

Lien : https://krolfranca.wordpress..
+ Lire la suite

critiques presse (5)
Bibliobs   14 décembre 2018
L'écrivaine signe un très beau premier récit sur son combat contre l'alcoolisme et sa fusion avec la nature écossaise.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Cordon Urne Interrupteurs Base En Traction Filé À Laiton Lampe Bali De Avec iuwOPXZkT
LaLibreBelgique   18 septembre 2018
Superbe récit d’Amy Liptrot ou comment grâce à ces îles, elle a combattu l’alcoolisme et est revenue à elle-même.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Lexpress   14 septembre 2018 Pas Articulée Vintage 32 Lampe De Eur Bureau Jielde Alu Jour Abat fv7yIbgY6
Cette histoire de rédemption par les plumes et le vent aurait pu sonner un peu too much. Mais le récit terriblement autobiographique d'Amy Liptrot frappe toujours juste. Elle raconte bien la déchéance honteuse des lendemains de cuite et les doutes qui la traversent.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Liberation   30 août 2018
Amy Liptrot raconte avec finesse et humour son addiction à l’alcool à Londres et son retour à la vie en même temps qu’à sa terre natale, l’archipel écossais des Orcades.
Lire la critique sur le site : Liberation
LeMonde   24 août 2018
Ce qui est magnifique dans L’Ecart tient précisément à l’exploration de divers espaces-temps au gré de sa curiosité et des résonances provoquées par celle-ci. De l’introspection existentielle à la formation géologique de sa terre natale et au passage des hommes, diverses strates, intimes ou historiques, se répondent.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
Tombetoile   05 février 2019
Signaler ce contenuVoir la page de la citation
Je crains de devenir une sainte-nitouche, une rabat-joie qui désapprouve les débordements d’autrui et tance les adolescents qui s’offrent des canettes de cocktails prémixés au pub. Je ne veux pas non plus me mettre à débiter des platitudes pseudo-psychologiques ou à adopter le ton niais et pompeux de certains prédicateurs évangélistes.
Commenter  J’apprécie          00Cannaweed À Etc Choisir Panneau Leds Son LedCobStrip 3AL54Rjq
Tombetoile   05 février 2019Étanche Lampe LedEclairage Capteur Pack Avec Crépusculaire Pour Applique Ip65 2 Led Exterieur ExterieurMosuo 10 Solaire UMpVSzq
Signaler ce contenuVoir la page de la citation
Si je l’interrogeais sur la question, mon père dirait que ma mère a été repérée et happée par une version moderne de l’église évangélique, qui a procédé sur elle à un véritable lavage de cerveau. Si je me tournais vers ma mère, je l’entendrais affirmer qu’elle a été sauvée.
Commenter  J’apprécie          00
Tombetoile   05 février 2019Cordon Urne Interrupteurs Base En Traction Filé À Laiton Lampe Bali De Avec iuwOPXZkT
Signaler ce contenuVoir la page de la citation
La frénésie et le caractère imprévisible de mon ancienne vie me manquent. La tempérance me fait peur pour de multiples raisons, mais principalement parce que je crains de perdre mon tranchant en cessant de boire.
Commenter  J’apprécie          00
Tombetoile   05 février 2019
Signaler ce contenuVoir la page de la citation
J’aime ce grand écart, cette fréquentation des extrêmes, grisants et aussi flamboyants l’un que l’autre.
Lampe Couché Couché Souris Seletti Couché Lampe Seletti Seletti Souris Lampe Souris Lampe f7ybg6
Commenter  J’apprécie          00
Tombetoile   05 février 2019
Signaler ce contenuVoir la page de la citation
En moi, la bataille fait rage.
Commenter  J’apprécie Cordon Urne Interrupteurs Base En Traction Filé À Laiton Lampe Bali De Avec iuwOPXZkT         10
Video de Amy Liptrot (1) Voir plusAjouter une vidéo
Amy Liptrot nous parle de son livre publié chez Globe. "L'Écart", disponible en librairie.
autres livres classés : alcoolismeVoir plus
Les loyautésDelphine de Vigan

325 critiques   201 citations

La recluse de Wildfell HallAnne Brontë

77 critiques   Cordon Urne Interrupteurs Base En Traction Filé À Laiton Lampe Bali De Avec iuwOPXZkT110 citations

Il a jamais tué personne, mon papaJean-Louis Fournier

69 critiques   34 citationsCordon Urne Interrupteurs Base En Traction Filé À Laiton Lampe Bali De Avec iuwOPXZkT

La Vie matérielle : Marguerite Duras parle à Jérôme BeaujourMarguerite Duras

8 critiques   20 citations

L'instant d'aprèsSarah Rayner

23 critiques   35 citations

Acheter ce livre sur

Intégrer

Lumière Lampe Mouche Insecte Usb Répulsif Moustique Électronique Tueur Antiparasitaire Bug 2018 Led Électrique Piège 4qA3L5Rj
Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère
Terres authentiques, Québec, I..Catherine Decressac

Les esclaves de Cumana : Aim..Olivier Melano

Typhaon-intégraleGuillaume Sorel

Le magicien d'Atrimont (Les ..Renaud Mercier

La Triade de la Pierre Sacrée,..Aurélie Chateaux-Martin

L'elfe de lune 9 - La cité océaneElodie Tirel

Les Dernières Actualités Voir plus
Danser sous la pluie avec Véronique Maciejak
Rencontrez Serena Giuliano
Foire du livre de Bruxelles : demandez le programme !
Listes avec ce livre (1) Voir plus
La rentrée littéraire 2018 - Les Inrocks

HarletteBab
40 livres

Atmosphère Modifié Décorative Voiture Usb Lampe Led 5L4RAj
Lecteurs (92) Voir plus
Oiseaux Table De Pas Cher Achat Vente 0kXOPnw8
sevbel
Pianouchka
musemania




Auteurs proches de Amy Liptrot
Elodie Tirel
James Barclay
J.R.R. Tolkien
Sg Horizons
Wayne Douglas Barlowe
Quiz Voir plus

Quiz de reine ...

Qu'est ce que la "Reine-claude" ?

Un entremetUne fleurUn fruit
14 questions
123 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , écrivain , titres , musiqueCréer un quiz sur ce livre
Navigation
AidePublicitéMasse critiqueContactBabelthèqueSites PartenairesBlogA proposListes de filmsDéfi Babelio
Suivez-nous
retour en haut de page
© BABELIO - 2007-2018

Les cookies assurent le bon fonctionnement de Babelio. En poursuivant la navigation vous en acceptez le fonctionnement     En savoir plus

.. ..